A 61 grammes du podium

 

Hop hop hop, faut se réveiller ! On est la veille de la finale nationale et on est encore à parler de Raid in France ! Bon on n’a pas eu de chance, on est tombé sur le plus gros parc éolien du secteur qui a fait le déplacement depuis Agde.

Il est quand même assez compliqué de gérer deux grosses courses comme celles là, à deux semaines d’interval, et demandant chacune un entrainement presque diamétralement opposé. Une côte mal taillée comme training estival, du jus, beaucoup de jus, et c’est avec un gros point d’interrogation au dessus de la tête qu’on prend le départ de Falaise, pour un relais façon CFC.

Franchement je n’aime vraiment pas ces relais qui font systématiquement la part belle à la co mais il faut bien avouer que les circuits proposés permettaient à chacun de bien s’en sortir sans trop de galère. Premier bon point pour l’orga !

Juju se rappelle de ses notions lointaines d’orientation et nous ramène le relais, presque seul en tête ! Je réussi à rester devant Benoit des Lafuma, et Olive arrive à peine derrière Vincent Faillard. Un (tout) petit trou est fait, suffisamment pour enfiler ses pompes de vtt sans stress.

C’est parti pour un vtt road book qui va s’avérer être le championnat du monde de poursuite. Arverne au point zéro qui part dans le mauvais sens et qui déjà au bout de 5’ commence à râler sur ce road book mal fait ! Forcément quand on comprend enfin qu’il fallait partir par la rue d’à côté ça va bien mieux ;))) …

On a fait fondre toute notre avance et on se retrouve avec les grosses usines Raidlight et X bionic. Au carrefour d’après on rattrape Absolu et Cap opale qui tergiversent un peu. C’est bon, tout le monde est là, on peut commencer à rouler !

Le rythme est … comment pourrait-on dire ? souple ?? Hoooo du calme les gars, vous avez faim ou quoi ?! Bref ça roule comme des machines de guerre et dès le premier poste je comprend vite qu’il faut que j’arrête de rester au cul du camion. On est tous équipé d’un sportident, je me retrouve le dernier à biper, et forcément personne ne m’attend devant ! Je me replace dès que possible un peu plus devant, bien aidé par les poussettes généreuses de Juju. J’ai déjà les jambes qui brûlent un peu, je sens que la section va être difficile.

On reprend Raidlink’s, ça devient difficile de trouver sa place dans les singles. Et au bout de la ligne droite les Lafuma en ligne de mire. La jonction est assez vite faite. J’ai à peine le temps de savourer le fait de rouler avec la meilleure équipe française qu’Olive me balance la phrase du week end : « bon on accélère ou quoi ?! » … Là je pense que le dieu du raid a eu pitié de moi et a eu la magnifique idée de placer une voiture devant l’entrée du single pour éviter qu’Olive ne double tout le monde. En plus ça m’a évité de passer pour un lâche.

Cette première section de vtt nous montre la difficulté d’un terrain comme celui-là, ça va terriblement plus vite que dans le sud !

On arrive à la transition et on peut repartir dans le bon wagon, Juju et moi dans un bateau, Olive en solo. Obligé de changer à mi parcours, le style d’Olive est magnifique mais un peu comme celui de Cris, pas très rentable ;)). Les raidlight font comme nous et nous gratifient d’un magnifique changement « on the water », y a du travail !

On pose les paquebots sur la berge et c’est parti pour un des deux gros chantiers du week end, la section qui fait peur à Juju et son entrainement surhumain des derniers mois. 16 bornes de trail O. Lafuma est déjà hors de vue, X bionic commence à prendre une avance raisonnable, la troisième place se joue sur cette section entre Raidlight, Absolu, Raidlink’s et nous. Cap opale est un peu distancé. Juju a du mal sur toute la partie de bord de rivière, très sauvage, mais on se régale. On arrive en fin de section avec la dream team d’Absolu (Eric, Lionel et François) et à notre grande surprise on nous annonce 3 et 4 ! Où est passé Raidlight ?? Seconde bonne nouvelle, Absolu a oublié un poste à 15’ en ville, on est donc virtuellement 3° pendant quelques minutes, jusqu’à ce qu’on passe au contrôle du matos obligatoire en fait L …

« Téléphone, trousse pharma, et 3 couvertures de survie » … Olive retourne son sac 3 fois à la recherche de sa couverture, peste sur son frangin qui aurait dû lui mettre dans son sac et voilà comment on perd un podium sur le championnat de France. 30’ de péna qui sont normales mais qui sont évidemment dures à digérer, et qui le seront bien plus le lendemain …

Bref … On repart sur LE gros chantier du we, 50 bornes de vtt, cette fois ci en orientation. Je suis dans le dur sur les 10 premiers kilomètres, puis ça revient doucement. Raidlight nous revient dessus au moment où nous rattrapons Absolu. Une petite hypo dans un gros pétard et nous voilà à nouveau seul. Et enfin la phrase d’Olive qui fait du bien « il est temps que ça se termine » !

Transition pas très éclair, deux fois le tour du château pour rien et on repart sur une co montée/descente où on ne s’est pas régalé avec le traçage.

Au vtt suivant c’est au tour de Juju d’être défoncé, on calme le jeu pendant 20’ le temps qu’il récupère. Pas de souci d’orientation, Olive fait le gros du boulot devant, je contrôle derrière, on partage les avis, bref ça roule.

On arrive sur la dernière co à pied, un peu plus coquine que la précédente mais encore une fois on enchaine bien à part un ou deux postes un peu posés au milieu de nulle part.

Dernière section de vtt, mis à part le premier poste qui n’est pas sur le chemin (et qui a dû surprendre du monde) ça passe comme une lettre à la poste et on retrouve avec joie notre assistant de luxe, Seb, qui nous a fait des petits sandwiches très (très) appréciés !

On se repose sur une jolie via toute facile, Olive et Juju n’ont pas l’air très ravis d’accrocher des mousquetons sur des câbles mais on s’en fiche, c’est pas chrono !

Un dernier trail, on fait tout pour qu’Absolu qu’on a dû redoubler sur le vtt précédent ne nous rattrape pas et surtout … on va pouvoir dormir (ce qui ne doit pas être le cas de tout le monde !). Malgré la péna de 30’ on reste quelques minutes devant Absolu et Cap opale mais ça se joue dans un mouchoir. Une bonne douche chaude, un bon plat de pâte et au lit pour 2h de mauvais sommeil mais appréciable quand même.

 

Lendemain matin on remet le couvert avec des jambes toutes neuves, Olive nous fait le premier relais à pied et je me tape les deux sections de kayak, la première avec juju devant, la seconde avec olive derrière. Juju profite du premier passage délicat pour aller goûter l’eau (hummmmmm), le coup de pagaie est bien moins efficace après ! Raidlight nous rattrape et on prend leur vague, sans nos pagaies perso c’est un peu compliqué de les aider. Devant X bionic, et surtout Absolu et Cap opale nous prennent de précieuses minutes.

Seconde section, 11 kms de road book vtt puis 17 de vtt O. Chouette chouette la voie ferrée désaffectée à longer à nouveau, tant pis pour ceux qui sont en 26’ et trop gonflés ! On enchaine les pétards sous l’impulsion d’Olive et on arrive sur la carte de vtt O. Un beau traçage qui propose des choix, on se régale et malgré une crevaison de Juju (sur le flanc sur un beau sentier herbeux !!!!) on arrive dans la roue de raidlight. Et toujours une poignée de minutes derrière le duo qui fait tout pour aller chercher cette dernière place sur le podium.

On court toute la co avec raidlight et il ne me semble pas qu’on fasse semblant, malgré ça on nous annonce encore au départ roller avec un retard de 5’ sur Cap opale et Absolu. Sachant notre grand amour pour le roller on commence à arrêter de se faire des films et en effet au bout des 10 bornes de roller l’écart à doublé. Juju a très mal à son genou, il reste 2 kms de trail sans orientation, on lâche l’affaire.

 

Pas de regrets parce qu’on a couru tout le week end avec une grosse envie et on s’est régalé à croiser le fer avec les meilleures équipes françaises. Ce lundi matin je me dis juste qu’on a laissé échappé une belle occase pour seulement 61 grammes (emballage compris !), il vaut mieux en rigoler.

Un immense bravo à notre trio mixte qui reviennent de loin (1h30 de retard samedi soir et 4°), un CR de cris dans la semaine ? à moins qu’il ait déjà des tonnes de copies à corriger ? ;)))

Il pourra nous raconter comme ça comment Fred réussi à courir 200 kms sans manger, ou comment ils ont la bonne idée de tracter Aurélie et ensuite ils sont complètement sec (belle stratégie !!).

A noter que c’est la 3° fois sur 4 ans d’existence du challenge que les schtroumpfs d’Arverne montent sur le podium mixte de la finale !!!

Pour l’équipe homme elle termine (enfin !) une finale à une belle 5° place avec le (maigre) plaisir de faire partie des 5 équipes à avoir ramassé l’intégralité des postes. Et c’est la première fois qu’une équipe homme arverne est classée à la finale !! ouf …

 

Le raid suisse normande a fait un super boulot notamment avec une GEC impressionnante d’efficacité, je ne me rappelle pas avoir eu les résultats en ligne aussi vite sur un raid ! Et c’est toujours aussi bien d’avoir des cartes en préac. Un raid bien équilibré avec des sections courtes, des chantiers, pas mal de disciplines, bref, on ne s’est jamais ennuyé.

 

Une petite pensée pour nos amis sudistes qui ont dû arriver bien tard hier, dès fois c’est quand même bon d’habiter à Clermont !

 

Les anecdotes ? ben y a encore trop, difficile de se souvenir.

  • On a mangé du pain d’épice Xttr tout le week end, vous pourriez pas le faire bleu les filles la prochaine fois ?
  • Cris va encore un peu plus mettre la Maif au fond du trou avec la perte de sa paire de roller …
  • Juju a beau être blessé et ne pas avoir couru depuis 3 mois, gémir comme un loup dès qu’on court dans de la mousse trop épaisse ou qu’on traverse un marécage, dès que c’est goudronné il retrouve vite son petit rythme de 3’ au kilo …

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour A 61 grammes du podium

  1. laurent LIGOT dit :

    Oui, bravo pour cette belle perf. Pour Info, le dimanche, sur Cap Opale, vous perdez 8mn sur le VTT RoadBook, dans la même minute sur le VTT’O, dans la même minute sur la C.O., -10mn sur le Roller
    Cela s’est joué à pas grand chose (61 gr !!!). Merci aussi pour votre commentaire sur la GEC.
    Laurent, responsable GEC sur la finale de Suisse Normande Le Raid

  2. Patrick dit :

    Bravo en tout cas ! J’ai poussé derrière mon écran une partie du week-end en espérant vous voir déboîter sur le podium mais en vain 😦
    Rageant cette histoire de 61 g mais rassurant que les contrôles soit enfin effectifs. Il en a été de même sur les gros trails de ces derniers jours, et ça a piqué pour certains. même si dans le monde du trail, les « oublis » ne sont souvent pas involontaires…
    Bonne récup’ !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s